• Accueil
  • >
  • Le silicone de l'implant mammaire est-il dangereux ?

Le silicone de l'implant mammaire est-il dangereux ?

videos Videos d'augmentation mammaire
info Info Société Française de Chirurgie Plastique

NON, les implants mammaires en silicone ne sont pas considérés comme dangereux au vue du Ministère de la santé.

Cependant, cela impose des mesures de grande rigueur dans le choix de limplant.
En effet, ces dernières années, le scandale provoquée par les prothèses du Laboratoire PIP ont montré que malgré la vigilance de l'AFSSAPS (Agence Française de Sécuriré Sanitaire des Produits de Santé), un laboratoire malveillant a utilisé un silicone de mauvaise qualité à l'origine de ruptures anormalement d'implant : en savoir plus sur les consignes relatives aux patientes porteuses de prothese mammaire PIP

 

Les conclusions du rapport remis en 1998 par la commission d'étude indépendante (Independant Review Group, ou IRG) au ministère de la santé sont les suivantes (disponible sur Internet) :

1. "Il n'y a pas de preuve histologique ni immunologique d'une réaction immunitaire anormale aux implants mammaires.

2. Il n'y a pas de preuve épidémiologique d'un lien quelconque entre les implants mammaires préremplis de gel de silicone et une quelconque maladie du tissu conjonctif. S'il existe un risque de maladie du tissu conjonctif, il est trop faible pour être quantifié. L'IRG ne peut pas justifier la recommandation d'études épidémiologiques complémentaires pour explorer cette hypothèse.

3. Il n'y a pas de preuve solide à l'existence d'une maladie du tissu conjonctif typique ou à des troubles indéfinis tels qu'un "empoisonnement à la silicone". Il est possible que d'autres pathologies telles qu'une infection chronique à bas bruit puissent exister dans certaines maladies non spécifiques rapportées chez quelques femmes porteuses d'implants
mammaires préremplis de gel de silicone.

4. La réponse biologique globale aux silicones correspond à une réaction à corps étranger conventionnelle, et non à une réaction toxique inhabituelle.

5. Il n'y a aucune preuve que les enfants des femmes porteuses d'implants mammaires préremplis de gel de silicone présentent un risque augmenté de maladie du tissu conjonctif.

6. L'IRG admet qu'il existe des questions telles que l'incidence exacte des ruptures, au sujet desquelles les données scientifiques sont incomplètes et ne permettent pas de tirer des conclusions rigoureuses."